Quai9

Espace d’accueil et de consommation

Au départ, une volonté d’améliorer la condition des personnes qui consomment par voie intraveineuse; aujourd’hui, la prise en compte de trois modes de consommation – injection, sniff et inhalation –. Le Quai 9 est aussi, et avant tout, un lieu d’accueil, ouvert 365 jours par an. Ecoute, dialogue, conseils, soins de santé primaires, relais sur des institutions spécialisées dans les dépendances et le soin et rétablissement des liens sociaux.

Buts de l’espace d’accueil et de consommation

Le but général de cette action est la mise en place d’une structure d’accueil et de consommation destinée à réduire les conséquences négatives sur le plan somatique, psychologique et social de la consommation de drogues au niveau individuel et collectif. Nous abordons les personnes selon un regard valorisant et favorisant la dignité de celles-ci. La mise sur pied d’un espace adéquat contribue à améliorer notablement la situation et à diminuer les coûts en matière de santé publique, sans toutefois avoir la prétention de régler tous les problèmes mentionnés.

Il s’agit d’un projet social et de santé destiné aux usagers de drogues, que ce soit de façon quotidienne ou occasionnelle, dans lequel interviennent principalement des travailleurs-euses sociaux-ales et des infirmiers-ières. Il ne s’agit pas d’un lieu à visée médico-thérapeutique. Par ailleurs, ce lieu n’est ni un lieu de distribution de produits (à ne pas confondre avec le programme expérimental de prescription de stupéfiants) ni de vente de drogues.

Il est ouvert 7 jours sur 7, durant 8 heures par jour de 11h à19h.

Prestations

Les prestations proposées dans ce lieu d’accueil sont :

  • L’accueil comme prestation sociale de base, en vue d’améliorer la situation des usagers de drogues par une contribution au maintien du lien social pour des personnes en forts risques de marginalisation. Le lieu d’accueil proprement dit est le cœur de cette structure. Ce travail de lien social offre une écoute de qualité aux personnes, et favorise l’estime de soi dans un contexte de bas seuil n’ayant aucune exigence liée à l’abstinence, mais pouvant favoriser une volonté de changement.
  • Une information sociale et une orientation vers les structures de soins et de soutien, des possibilités d’accompagnement en vue d’entreprendre une démarche difficile. Certaines situations mettent en évidence des méconnaissances vis à vis des institutions sociales et des aides potentielles. C’est pourquoi un travail d’intense collaboration avec le réseau médico-social est indispensable. Cette collaboration se concrétise par exemple, avec la présence un après-midi par mois, de l’association Apreto ainsi que du service d’addictologie des HUG.
  • Une attention particulière à la prévention sexuelle du VIH et autres maladies transmissibles. Sur le plan de la prévention sexuelle du VIH et autres maladies transmissibles, il reste indispensable de renforcer l’utilisation du préservatif. Des actions spécifiques, complémentaires à celles qui existent nous paraissent particulièrement envisageables dans le lieu d’accueil. Un développement du VCT migrant, action permettant d’avoir des entretiens et une possibilité de testing VIH, a eu lieu ces dernières années, permettant d’atteindre de manière plus ciblée cette population des plus précarisées.
  • Des soins de santé primaire et soutien psychologique : Aspect essentiel du travail effectué au Quai 9 facilitant l’accès aux soins ainsi qu’aux traitements pour les usagers de drogues, permettant ainsi d’agir sur les conséquences négatives potentielles liées à l’usage de drogue. Des prestations médicales de premier recours, au moyen de la présence d’un médecin généraliste, ont lieu deux fois par semaine, ainsi qu’une présence une fois par semaine d’un médecin psychiatre, permettent de compléter et de renforcer le travail effectué par nos collaborateurs dans ce domaine.
  • La mise à disposition de matériel d’injection, en complémentarité avec les programmes d’échange de seringues, ayant toujours comme objectif de diminuer les risques de transmission d’hépatites et du VIH.
  • Un espace pour la consommation (injection, inhalation, sniff) qui a pour but de réduire les risques de transmission de maladies infectieuses en proposant des conseils et un cadre sécurisant permettant de travailler sur la gestion de la consommation et sur une amélioration de la formation à l’injection, en valorisant les savoirs et les potentiels des usagers de drogues. Rappelons qu’aucun produit n’est délivré par l’espace d’accueil. Les personnes ont par contre la possibilité de consommer les produits achetés illégalement dans des conditions de dignité plus adéquates qu’une consommation s’effectuant dans des lieux publics. Un espace supervisé par nos collaborateurs, comprenant 6 places d’injection, 4 places d’inhalation et 2 places de sniff mis à disposition. En ouvrant un lieu d’accueil 8 heures par jour, il s’agit de tabler sur la limitation des situations les plus précaires et sur la capacité des usagers de transposer à l’extérieur certaines compétences acquises dans cet espace de consommation.
  • Des réanimations en cas d’overdose. Tous les intervenants sont formés à la réanimation cardio-respiratoire. Rappelons qu’aucune overdose mortelle n’a jamais eu lieu dans les espaces d’accueil de ce type existant en Suisse.

En mettant à disposition cet espace d’accueil, nous souhaitons faire office de lieu de référence, de contact, de pause, de ressourcement pour des personnes souvent proches de la rue et ayant parfois beaucoup de difficulté à prendre du recul par rapport à leur consommation. Ce lieu d’accueil est une sorte de point d’ancrage, proche des situations vécues au quotidien par les usagers de drogues. La consommation est donc un élément parmi les prestations proposées dans un tel espace, mais de loin pas le seul. A notre sens l’aspect de contact social est tout aussi fondamental.

Soutenir Première ligne

Vous désirez soutenir le travail mené par Première ligne, nous vous invitons à devenir membre de notre association :

CHF 50.- pour une personne physique
CHF 100.- pour une personne morale

Ou d'apporter votre contribution financière sur le compte bancaire suivant :
Banque Cantonale de Genève
IBAN : CH46 0078 8000 K327 9090 7

Devenir membre Dons en ligne